Proguias a évolué en Viando
En savoir plus ici
Proguias est désormais Viando
Dernières places
Chemin de Saint-Jacques de Compostelle depuis Sarria en groupe avec guide
00
Jours
00
Heures

La flèche sur le Chemin de Saint-Jacques : jaune, verte, bleue ou rouge ?

La flèche sur le Chemin de Saint-Jacques : jaune, verte, bleue ou rouge ?

La flèche du Chemin de Saint-Jacques est l'un des symboles les plus connus du pèlerinage vers Compostelle. Simple, omniprésente et efficace pour guider les pèlerins du monde entier, nous parlerons aujourd'hui de la flèche jaune, de son origine et de sa signification.
Flèche jaune peinte à O Cebreiro par Elías Valiña

Il existe différents symboles du Chemin de Saint-Jacques. Mais s'il y a bien un symbole que l'on associe aujourd'hui au pèlerinage vers Compostelle, ce n'est autre que la flèche du Chemin de Saint-Jacques, omniprésente, simple et efficace.

Une flèche en relief, imprimée sur les panneaux officiels ou simplement griffonnée à coups de pinceau ou comme un graffiti jaune sur n'importe quel mur, pierre ou arbre, pointant toujours dans la direction du but et marquant nos pas à chaque carrefour, à chaque bifurcation, pour que le Camino soit comme le chemin de Dorothy (également jaune) dans Le magicien d'Oz.

Avant la flèche du Chemin de Saint-Jacques

La flèche jaune n'est pas seulement le symbole le plus utilisé pour marquer les différents itinéraires du Camino de Santiago. C'est aussi le plus récent, puisqu'il n'a commencé à être utilisé qu'en 1984. Son utilisation a commencé sans plan préconçu et sans que des institutions publiques ou de grandes entreprises ne la soutiennent. Alors, comment est née la flèche du Chemin de Saint-Jacques ?

Dans les années 1980, le Camino de Santiago n'avait plus grand-chose à voir avec ce qu'il nous apparaît aujourd'hui, plein de vie et de diversité. Les foules qui l'avaient façonné au Moyen Âge avaient succombé à la crise religieuse du XVIe siècle et le nombre de pèlerins diminuait lentement d'année en année depuis lors. Cependant, au cours du XXe siècle, certaines personnes ont maintenu la tradition du pèlerinage à Saint-Jacques en se rendant à pied à Saint-Jacques-de-Compostelle. les différents itinéraires vers Compostelle, avec une motivation presque exclusivement religieuse et beaucoup plus de difficultés qu'aujourd'hui.

Tout d'abord, le Camino n'était pas balisé. C'est-à-dire qu'il n'y avait aucun signe d'aucune sorte à aucun endroit du Camino. Il n'était pas non plus délimité, de sorte que la plupart des pèlerins finissaient par faire de longs détours ou, parfois, par se perdre. En outre, les services étaient rares : il n'y avait ni le réseau d'auberges publiques, ni la majorité des hôtels, pensions, auberges ou auberges privées qui nous abritent aujourd'hui.

Flèche du Camino de Santiago indiquant l'itinéraire

L'origine de la flèche du Chemin de Saint-Jacques

L'un des points compliqués était O Cebreiro, village mythique sur le Chemin Français aux portes de la Galice - et actuellement l'un des points de départ les plus populaires de cet itinéraire. L'ascension depuis Villafranca del Bierzo a été compliquée, non seulement en raison de l'énorme dénivelé, mais aussi parce qu'il était facile de se perdre dans les montagnes.

C'est alors qu'apparut la figure d'Elías Valiña, le prêtre d'O Cebreiro, et son heureuse idée : emprunter de la peinture jaune provenant des travaux effectués sur une route voisine et commencer à peindre des flèches jaunes pour baliser le chemin afin d'éviter que les pèlerins ne se perdent dans les épaisses forêts d'Os Ancares.

C'est ainsi qu'est né le premier balisage du chemin de Saint-Jacques.

Jusqu'à présent, c'est ce que la plupart des médias et des sites Internet racontent sur l'origine de la flèche du Chemin de Saint-Jacques. Mais ce n'est pas tout.

Elías Valiña avec un groupe de MTA pèlerins.
Elías Valiña avec un groupe de MTA pèlerins.

Elías Valiña n'était pas un Quichotte qui pensait se jeter contre les moulins à vent. En plus d'être le curé d'O Cebreiro, Valiña avait consacré une grande partie de sa vie à l'étude du Chemin de Saint-Jacques : en retracer l'histoire et en retrouver l'itinéraire. Dès 1962, il avait rédigé sa thèse de doctorat intitulée Le chemin de Saint-Jacques. Une étude historico-juridique. Ainsi, vingt ans plus tard, lorsqu'il se lance dans l'énorme entreprise de balisage de l'ensemble de la Voie Française de Roncevaux ainsi que de nombreux collaborateurs, savait exactement à quoi il s'attaquait.

Le travail réalisé par Valiña pour identifier et délimiter les tronçons originaux du Chemin est toujours considéré comme le plus sûr et le plus correct, et à l'exception de certains points qui ont été modifiés par de nouvelles routes ou de nouvelles zones urbanisées, la récupération du Chemin et de son tracé a été réalisée en suivant ses études.

De plus, la flèche jaune s'est avérée très efficace et efficiente : elle se distingue suffisamment pour être vue sans produire, en revanche, un grand impact visuel ; elle est facile à reproduire ; et elle ne nécessite pas d'entretien coûteux. C'est pourquoi, au-delà de l'œuvre d'Elías Valiña sur le Chemin français, les autres itinéraires ont adopté sa création comme base de leur propre signalisation.

A l'heure actuelle, il s'agit de la Associations des Amis du Camino qui sont responsables (entre autres) de l'entretien de ces flèches, de les repeindre et de s'assurer qu'elles indiquent la bonne direction.

Flèches jaunes, bleues, vertes et rouges

Il n'y a pas de doute : la couleur de la flèche du Chemin de Saint-Jacques est le jaune. Cependant, le long des différents itinéraires qui composent le Camino, on peut trouver des flèches d'autres couleurs, avec des significations spécifiques que nous expliquons ci-dessous.

Flèches bleues

Les personnes qui parcourent le Chemin portugais verront, sur de nombreux tronçons, une coïncidence de flèches jaunes et bleues, généralement orientées dans la direction opposée (si vous êtes au nord de Fátima).

La flèche jaune est le Camino de Santiago, c'est clair. La flèche bleue appartient à un autre itinéraire et pointe en direction de Fátima, un sanctuaire marial très populaire au Portugal, qui a également développé son propre pèlerinage au cours du XXe siècle, avec plusieurs itinéraires.

L'une d'entre elles recoupe en grande partie le chemin portugais. Ainsi, bien que la plupart des flèches bleues se trouvent au Portugal (la dictature de Salazar a fortement soutenu l'émergence de Fátima en tant que centre de pèlerinage majeur), il est également possible de les voir en plusieurs points de la section galicienne.

Flèche bleue de Fatima à côté de la flèche du Chemin de Saint-Jacques | Photo : Víctor del Pozo

Flèches vertes

Bien que la flèche du Camino de Santiago soit jaune, il y a une voie qui a une double signalisation : la Vía de la Plata.

Depuis le Moyen Âge, ceux qui se rendaient à Saint-Jacques depuis le sud de la péninsule ibérique le faisaient souvent en suivant l'ancienne voie romaine qui reliait les villes d'Augusta Emerita (aujourd'hui Mérida) et d'Asturica Augusta (aujourd'hui Astorga), et qui rejoignait cette dernière au Chemin français pour arriver à Compostelle.

La récupération moderne de la route dite de l'argent et sa signalisation ultérieure ont également permis de récupérer des tronçons historiques de l'ancienne route, qui dispose de sa propre signalisation, en vert, en direction d'Astorga et de Santiago.

Les deux flèches coexistent à plusieurs endroits et bifurquent à d'autres, de sorte que la flèche jaune indique que l'itinéraire correspond au tracé du chemin de Saint-Jacques, tandis que la flèche verte indique que ce tronçon correspond à la voie romaine d'origine.

Flèches rouges

Enfin, à certains endroits du Camino de Santiago, il est également possible de trouver des flèches rouges à côté de la flèche jaune typique. Comme dans les cas précédents, il s'agit de signes d'autres chemins qui coïncident avec celui qui va à Compostelle, en l'occurrence le Camino Lebaniego.

Le Camino Lebaniego est un chemin de pèlerinage qui vise à atteindre le sanctuaire de Santo Toribio de Liébana, au cœur des Picos de Europa. Le sanctuaire étant situé entre le Chemin français et le Chemin du Nord (tous deux menant à Saint-Jacques-de-Compostelle), il a également été utilisé dans le passé comme une sorte de voie de communication ou de contournement entre les deux.

Recevez toutes les deux semaines votre dose d'inspiration et de conseils pour vos aventures au long cours.
Partager